Blue Christmas

 

 

Histoire de: CN Winters and Susan Carr

Ecris par: CN Winters

Dirigé par: CN Winters and Susan Carr

Produit par: CN Winters and Susan Carr

Edité par: Kate

Son par: Steff

Directeur artistisque: Chris Cook

Artistes: Chris Cook, CN Winters

Video par: Track 6 and CN Winters

Traduction francaise: Lou

 

Teaser

Fondu

Int.

Appartement de Willow et Kennedy – Nuit

Kennedy entra dans son appartement et enleva son manteau, le jetant distraitement sur le canapé.

"Hey Will? Tu es encore debout?" demanda-telle.

Personne ne lui répondant, elle se dirigea vers la cuisine, directement jusqu'au réfrigirateur. Elle en sortit une bouteille d'eau et en prit quelques gorgées avant de la reposer. En posant son regard sur la gauche elle aperçue la boite de cookies en forme de chat et inspecta son contenu.

"Oooo," soupira-t-elle. "Les cookies d'Hanukah de Willow."

Elle en pris un et commenca à le manger. Tenant son cookie dans la bouche, elle utilisa ses mains pour se servir un verre de lait. Remettant la bouteille à sa place elle ferma la porte du pied et quitta la cuisine.

Kennedy se dirigeait dans le salon lorsqu'elle remarqua une faible lueure s'infiltrer dans l'interstice de la porte de leurs chambres. L'air intrigué, elle se rapprocha de la chambre. Remettant le cookie dans sa bouche, elle ouvrit doucement la porte et jeta un coup d'oeil à l'interieur.

Le cookie tomba dans son verre de lait quand sa machoire s'ouvrit soudainement.

"Je me demandait combien de temps tu allait mettre," plaisanta Willow. Elle était assise sur le coin du lit, habillée d'une lingerie bleue et sensuelle,. "Tu a perdue ton cookie," ajouta-t-elle en désignant le verre.

"Hein?" balbutia-t-elle. Kennedy pris un moment pour comprendre la conversation et baissa les yeux vers le lait dans sa main. "Oublie ce satané cookie," dit-elle en posant le verre sur la commode.

"Je pensait te surprendre," dit Willow nonchalement.

"Ca a marché," sourit la tueuse. "On dirait que le père Noel est venu plus tôt cette année en laissant un joli cadeau pour moi."

"Eh bien tu as été très sage…bien qu'un peu vilaine à certain moment mais que dans le bon sens."

Kennedy s'approcha du lit. "Alors..." Elle s'arrêta et se mouilla les lèvres. "Est-ce que je peux te déballer?" Elle haussa les sourcils interessée et Willow sourit.

"Seulement si tu te déballe toi même en première," objecta Willow.

Dans un mouvement fluide Kennedy enleva son t-shirt avant de prendre possession des lèvres de Willow, la poussant sur le lit.

Coupé sur

Int.

Le bar sportif de La Dernière Ligne – Nuit

Deux hommes, habillés en Père Noel, était assis au bar buvant de la bière.

"Quelle arnaque!" l'un d'eux s'exclama en regardant le match sur l'écran devant eux.

"Oh allons, Fred," son compagnon, Ray, dit . "Pense un peu à tout ca. Quelles étaient les chances que l'état de l'Ohio gagne deux fois de suite le championat national? A peux près une sur un million?"

Fred soupira et pris une gorgée de bière. "Bon sang, oubli l'état de l'Ohio. Tout est truqué si tu veux mon avis. La meilleure équipe ne joue même plus dans le Rose Bowl, et devine qui arbitre le championat national? Un ramassis d'amateurs qui ne connaissent rien au jeux. Regarde leur équipe de foot – Harvard, Yale…Oh ouais, ils sont vraiment très fort dans ce sport." conclua Fred en roulant des yeux.

"Eh bien, je suis assez d'accord avec toi. J'ai vus beaucoup d'équipes qui auraient dues être dans le championat se faire éliminer. Mais les Buckeyes étaient foutues bien avant que mes Wolverines les écrases sur le terrain," ricana Ray.

"Tu es un traitre, tu le sais?"lui demanda Fred en jetant sa monnaie sur le comptoir.

Ray rit , "Allez. Ne part pas faché. Je voulais juste rigoler. Je t'offre une tournée."

"C'est une offre que j'ai du mal à refuser. Mais je dois y aller. J'ai promis à Mme. Claws que je serais à la maison tôt," expliqua-t-il en haussant les mains.

Ray s'exclaffa encore et lui tapa l'épaule. "Alors, évite les ennuis. Si je ne te vois pas avant je te souhaite un joyeux noel."

"Toi aussi," lui dit Fred en posant cinq dollars sur le comptoir. "C'est moi qui te l'offre, cadeau."

"Merci!"

Fred salua le patron. "A plus tard Eddie!"

Eddie leva les yeux de sa vaiselle et lui fit un petit geste de la main.

Une fois dehors Fred s'arrêta pour boutonner son manteau et enfonca les mains dans ses poches. Il descendit la rue sur quelques mètres et regarda derrière lui.

Il ne vit rien d'anormal et reprit son chemin. Après quelques moments il entendit un rire, presque un rire d'enfant. Il stoppa une nouvelle fois et se retourna. Toujours rien. Secouant la tête il continua sa route.

Soudainement au coin de l'allée cinq êtres, qui semblaient elfiques, lui sautèrent dessus. Il cligna des yeux avec force.

"Je ne peut pas être aussi saoul," se dit-il à lui même.

Leurs traits se transformèrent rapidement commes si ils veillissaient dramatiquement en quelques secondes.

"Qu'est ce que c'est?" marmonna Fred.

Tous les cinq se jetèrent sur lui d'un seul coup, le trainant, criant et se débattant, le long de la route déserte.

Fondue au noir

Fin du Teaser

Guest staring:

Michelle Trachtenberg as Dawn Summers, Nicolas Brandon as Xander Harris, Lindsay Felton as Skye, Elizabeth Anne Allen as Amy Madison and Sarah Michelle Gellar as Buffy Summers

Acte Un

Fondue

Int.

Chambre de Willow and Kennedy– au petit matin

Willow roula sur le coté du lit et trouva Kennedy encore profondément endormie. Une expression perplexe sur le visage, elle repoussa une mèche de cheveux derrière l'oreille de Kennedy. La Tueuse ne se reveilla pas. Prenant encore un moment pour examiner son amante endormie avant de se lever.

Après qu'elle eue enfilée un long pull, elle s'empara du verre oublié et grimaca en voyant le cookie imbibé de lait au fond. Elle se dirigea alors vers la cuisine et envoya le tout dans l'evier. Elle se prépara ensuite du café. S'emparant d'un cookie, elle alla dans le petit bureau et actionna son ordinateur d'un mouvement de souris. Après quelques clics, l'imprimante se mis en marche et elle retourna à la cuisine.

Tandisqu'elle se versa un café, deux bras passèrent autour de sa taille, la faisant sursauter.

"Un peu tendue ce matin?" demanda Kennedy en posant sa tete entre les omoplates de Wilow.

"Oui, je suis un peu sur les nerfs," lui répondit Willow.

"Mmm, si tu reviens au lit," offrit Kennedy, "J'ai un remède pour ça."

"Uh, oui, merci mais…non. J'aie le sentiment qu'on va avoir besion de moi. Je ne veux pas etre en retard."

"Tu es un oiseau trop matinal, Will,"dit Kennedy avec un sourire alors qu'elle sortait le jus d'orange du frigo.

"Oui et toi tu es trop oiseau de nuit pour moi," contra Willow .

"Ca vient avec le boulot de la tueuse. Peut -etre que je peux demander aux démons de sortir le jour. On peut faire ca?"

Willow sourit. "Non, malheureusement. Les démons n'ont pas de montres."

"Eh bien si le Presidium est aussi organisé qu'on le pense, alors ils doivent surement en avoir,"plaisanta-t-elle, en se reservant un autre verre. "En parlant de ça comment ton Harry Potter se débrouille?"

"Pas mal tout bien considéré. En fait, ça a été une bonne chose pour lui. Je ne veux pas dire que je lui voulais du mal mais...quand tu a 16 ans tu te pense immortel jusqu'à ce que tu te retrouve face à ta propre mortalité. Je crois qu'il a un plus grand respect pour ces choses là."

"Et comment va sa mère? Elle ne le prend pas trop mal?"

"Lily va mieux." Affirma Willow . "Je pense qu'elle a compris que le mieux pour Jeff est qu'il reste alors nous verrons bien. Mais jusqu'ici, tout va bien aux Conseils des Observateurs."

"Cool mais ce que je veux vraiment savoir-."

"Tu es très bavarde aujourd'hui," la coupa Willow.

«Quoi? Je ne peux pas parler?" la défia Kennedy .

"Tu ne parlait pas beaucoup la nuit dernière," objecta Willow.

"Non. C'étaient plutôt des gémissements et des grognements qu'autre choses mais si tu t'en souviens il y avaient quelquees paroles...ou bien on les considères comme des supplications?" Kennedy s'arreta pensivement et sourit d'un air satisfait.

Willow se contenta de soupirer et secoua la tête.

"Peut importe," continua Kennedy, "C'est quoi l'histoire avec Giles? Il à une nouvelle copine ou non?" demanda-t-elle.

"Ils sont sortit trois fois cette semaine," affirma Willow avc un sourire. "Bien sur il dit qu'il veut just s'assurer qu'elle va bien après l'attaque des vampires dans son magasin," ajouta Willow d'un air entendu.

Kennedy éclata de rire.

"Il l'apprécie beaucoup," sourit Willow en se servant une tasse de café.

"Qu'est ce qui te fais dire ça? Le fait qu'il sourit tout le temps désormais ou le fait qu'il sifflote à chaque fois qu'il en a l'occasion?"

Ce fut au tour de Willow de s'ésclaffer. "Actuellement c'est la facon dont il bafouille quand on mentionne le nom de Becca."

"Ce n'est pas vrai," infirma Kennedy.

"Ah oui? Regarde bien aujourd'hui. Je vais lui en parler et tu verra ce qui va ce passé. Je te paris cinq dollars," dit-elle en tendant la main.

"Pari tenu," dit Kennedy en la lui secouant.

Willow essaya de reprendre sa main mais Kennedy refusa et la tira vers elle lui donnant un baiser.

"Mmm, tu es sure que tu ne veux pas annuler l'entrainement des Observateurs ce matin?"

"Je ne peux pas," lui dit Willow en s'écartant. "Rowena et Giles on besoin de moi pendant que les troupes sont chez elles pour les vacances. Et il me reste des choses a faire pour la célébration de Yule ce soir."

Kennedy haussa les épaules. "Bon, on ne peut pas dire que je n'ait pas essayée," répondit-elle d'un air vaincu.

"Je suis désolée," lui répondit Willow. "Mais j'-."

"aie des choses à faire. Je sais…Si tu ne reviens pas au lit je vais aller dormir quelques heures en plus. Tu me reveillera avant de partir?"

"Bien sur chérie.Et je promais de taper silencieusement," lui dit-elle en souriant doucement.

"'OK. Bonne nuit...ou bonne journée...." sourit Kennedy. "Je te vois plus tard."

Willow observa Kennedy retourner dans leurs chambres. Une fois la porte refermé elle laissa échapé un soupir et pris sa tasse de café, se dirigeant vers son ordinateur.

Coupé sur

Int.

Salle des enregistrements des Observateurs – Plus tard dans la matinée

Willow entra dans la pièce et vit Rowena regardant une conférence télévisé de la police.

"Qu'est ce qui ce passe?" demanda Willow.

Rowena pointa la télévision. "Encore un autre employé à la compagnie des Pères Noël-à-louer a disparu la nuit dernière."

"Oh," dit Willow sarcastiquement. "Est-ce qu'ils y voit un rapport?"

Rowena eue un petit rire, "Eh bien, la presse a demandé si il y avait un Pere Noël dérangé et la police, bien sure, a vite affirmée qu'il n'y avait pas de corps découvert. Ils ont juste disparus."

"Alors techniquement nous avons un kidnappeur de Pere Noel?"

Rowena sourit. "On dirait bien."

Willow secoua la tête, "Et qu'est-ce que vont faire tous ces pauvres enfants le jour de Noël? Peut-être auront-ils des cadeaux de la part des gens qui les aiment au lieu d'une figure mystique et factice?"

"Ouch!" Rowena ricana. "Est ce que quelqu'un à laisser du charbon dans tes chaussettes l'année dernière? Tu as un problème avec le Pere Noel."

"Je suis née juive. J'aie une frustration avec le Pere Noël. Il y a une différence," dit-elle en levant l'index.

Rowena rit de nouveau puis afficha un air reveur. "Tu sais je me suis toujours demander…"

"Quoi?"

"On entends jamais de bonne musique d'Hanukah. Je ve dire qu'il n'y a pas de 'White Hanukah' ou de 'It's beginning to look a lot like Hanukah'. Pourquoi ça?"

Willow haussa les épaules. "Je ne pourrais pas te répondre. Mais pour défendre les Juifs, il y a cette jolie chanson et on recoit des cadeaux pendant huit soirs au lieu de tous d'un seul coup alors c'était plutôt cool."

"Moi j'aie été élevée comme Chrétienne, il y avait du gui et du lait de poule ainsi que le sapin. Mais nous ne sommes jamais aller à l'église.."

"Alors tu célèbre la naissance de Jesus?" demanda Willow d'un sourire amusé.

"Oui, mais je suis une étudiante de toute les religions. Je pense que tout ce qui rapproche les gens est toujours pour le mieux- qu'ils soient Chrétien, Juif, Musulman ou bien...Sorcière," Rowena s'arreta pour lui sourire, "C'est une bonne chose. Il faut juste se méfier des fanatiques et tu en a dans toutes les sectes religieuses."

"En parlant de ça," lui dit Willow. "Non, pas à propos des fanatiques mais des sorcières. Nous avons la célébration de Yule ce soir.."

"Oh, c'est vrai. C'est le solstice d'hiver."

Willow s'arreta un moment et commenca à sourire. "ouais, j'allais inviter tout le monde ce soir dans la salle d'étude ou peut-etre chez Giles si il est d'accord. Les deux places ont une cheminée... Alors tu connais toutes les traditions Juives et Magiques."

Rowena ria. "Je n'irais pas aussi loin.Mais comme je l'ai dit, j'aie étudié beaucoup de religions. C'est vrai que nos tueuses se battent avec des croix et des bout de bois pointus, mais ça aide toujours de connaître un peu de tout."

"Amatrice de toute les religions sans en maitriser aucune?"

Rowena réfléchit. "Oui, c'est à peu près ça,".

En entendant quelqu'un approcher elles levèrent les yeux et virent Robin entrer.

"Hey Robin," le salua Willow.

"Ah, vous êtes là. Tous le monde est en bas et prêt à commencer la réunion."

Les deux femmes le rejoignirent. "Oh zut!" dit Willow en tendant le rapport du matin à Rowena. "J'ai oublié de reveiller Kennedy. Peut-tu-?"

"Je m'en occupe," dit Rowena en prenant le dossier.

"Merci." Willow sourit et se dirigea dans la direction opposée..

Coupé sur

Int.

Salle de réunion du Conseil des Observateurs –Un moment plus tard

Willow et une Kennedy a moitié endormie entrèrent dans la pièce au moment ou Robin parlait.

"Désolé," dit Willow discretement, essayant de ne pas gener.

"J'aurais été ici plus tôt si quelqu'un n'avait pas oublié de me reveiller," ajouta Kennedy.

"Tu sais, petite," dit Faith en souriant. "Il y a cette formidable invention- ca s'appelle un réveil. Tu le règle à l'heure que tu veux et ca produit une sonnerie pour te reveiller! Incroyable, non?"

"Je me renseignerais," lui dit la tueuse au cheveux bruns. "Petite maligne," murmura-t-elle alors qu'elle et Willow prenaient un siège. Faith resta silencieuse et se contenta d'un sourire éclatant.

"Nous parlions des Père Noël disparus," leur dit Robin.

"Oui," ajouta Giles. "Ca ne semble pas être d'ordre mystique mais nous continuerons de suivre cette affaire au cas ou cela continue."

"Aucun autre rapport que celui de l'employé?" demanda Rowena en consultant le dossier.

"Juste un," offrit Willow. "D'après ce que j'ai lue ce matin tous les hommes ont quittés leur travail dans leur costume."

"Alors ils ressemblaient au Père Noel?" demanda Kennedy.

"Exact," aquiesca Willow.

"Bon sang, à cette époque de l'année ces personnes disparus vont être faciles à retrouver, hein?" remarqua Faith sardoniquement. "Alors qu'est ce qu'on fait, interroger tous les Pères Noël à chaques coins de rues?"

Kennedy ricana dicretement. "On pourrait prendre une photo de Miracle sur la 34ème rue et demander 'Avez vous vus cet homme'?"

"Ouais," Faith se joignit à son rire et, d'une voix masculine dit. '"Bien sûr que je l'ai vus – au grand magasin, à la quête de charité, à la-.' "

"Okay, ca suffit," dit Giles en souriant. "Nous savons que cela va être difficile mais gardons nos yeux ouverts au cas ou il y aurait quelques chose d'anormal …Enfin de plus anormal que d'habitude." Quand personne ne rajouta rien, Giles enchaina, "Quelques chose d'autre ce matin?"

"Oui," dit Willow en donnant un léger coup de coude à Kennedy, "Qu'est-ce que vous et Becca faites aujourd'hui?"

Giles rougit et begaya. «Eh bien, j-je... Po-Pour etre honnête nous-nous -."

Willow comenca à rire et tendit la main vers Kennedy.

"Bon sang, Giles," dit Kennedy en mettant la main à la poche en cherche de monnaie.

"Qu'est ce que ça veut dire?" leur demanda-t-il.

"J'avais pariée que vous ne vous troubleriez pas lorsque l'on parlerait de Becca," répondit-elle en placant rageusement les billets dans la main de Willow.

"Ce n'est pas ce que je fais," objecta Giles.

"Si vous le faite," argua Willow. "Et c'est plutot mignon."

"Ouais, qu'est ce qui ce passe avec elle?" demanda Faith. Vous êtes constamment avec cette femme ."

"Je ne suis pas supposé avoir droit à une vie privée?" demanda Giles. (soundbyte)

"Alors vous deux, vous sortez officiellement ensemble?" demanda Rowena.

Giles hésita. "Je ne suis pas sûr que ce soit officiel mais oui, nous sommes sortit quelques fois."

"Geez, tout le monde marche par deux maintenant ," murmura Rowena. "Peut-être devrais-je me trouver une vie, je ne serais plus la troisième roue du carrosse," ajouta-t-elle à Robin. Elle eue un instant de réflexion et pointa tous le monde comme pour les compter. "Okay, correction, 7ème roue du carrosse."

"Tu es autorisée à être notre roue de secours quand tu veux," dit Robin en lui tapotant la main "…Alors quand est-ce qu'on pourra la rencontrer?" demanda Robin à Giles.

"Oui, c'est vrai," prompta Willow. "Quoi, est-ce qu'on vous embarrasse?"

"Pas du tout," insista Giles, "Mais je ne veux pas bombarder cette femme avec…"

"Une infinité de questions et des regards dévisageants," ajouta Robin.

Giles considera sa réponse puis laissa tomber, levant ses mains au ciel. "Oui, c'est exactement ça."

"Oh, allez Giles," prompta Willow. "On peut être très sages et bien élevés quand on veux. Vous deux allez déjeuner ensemble, non?" Willow stoppa et se pencha vers Kennedy. "Ils déjeunent toujours ensemble," chuchota-t-elle.

"Je suis sous surveillance ici?" demanda Giles, esquissant un sourire.

"Alors, vous êtes passé à la première étape?" contra Faith.

"Premire éta-?…Je crois que cela ne-ne vous regarde pas," begaya Giles.

"Allons, bébé, va-y doucement avec lui," remarqua son amant.

"Merci Robin."

"Je vous en pris," lui dit-il avant de s'addresser à la salle. "Je trouverait tous les détails une fois qu'on aura eu une conversation d'homme à hommes," dit-il à Faith de manière discrète.

Giles soupira, pris le dossier des mains de Rowena tandis que tout le monde s'ésclaffait.

"Merci de rire à mes dépends," dit-il en se levant.

"Okay, tout le monde," leur dit Willow. "Laissons le tranquille. Mais sérieusement Giles, amenez- la aujourd'hui après le déjeuner. On vous promet d'être sage."

En entendant la sincérité dans la voix de Willow, Giles aquiesca. "J'y réfléchirait."

"Bien, après avoir étudié son profil psychologique complet et un questionnaire nous vous dirons si elle est assez bien pour vous," replia la sorcière.

Giles pris une expression fatigué devant Willow.

"Je rigole, je rigole," insista-t-elle. "Oh, et pensez à l'inviter à la célébration de Yule ce soir. Si elle peut supporter les vampires, je suis sur qu'elle supportera le monde de la magie."

Giles aquiesca. " je lui demanderai, et maintenant que tout le monde c'est moqué de ma vie amoureuse, est-ce qu'il y a un autre sujet pressant?"

"Non," répliqua Faith. "Mais ou est Andrew?"

"Il interview pour le poste d'aide cuisinier," répondit Willow.

Coupe sur

Int

Cuisine du conseil des observateurs – Au même moment

"Alors, umm…Que consideriez vous comme étant votre point fort?" demanda Andrew à la personne en face de lui tout en lisant mot pour mot le questionnaire devant lui.

Un homme au muscle très développés redressa ses épaules et fit joué les muscles de son bras. "Je peux soulever plus de cent cinquante kilos," répliqua-t-il.

"Ah oui, ca peut être pratique," dit Andrew essayant de sonner optimiste bien que son visage montrait une certaine incertitude.

Coupe sur

Int

Cuisine du Conseil des Observateurs –Plus tard

"Eh bien, durant mon travail à la correctionnelle je pouvais préparer un repas pour plus de 1000 personnes à la fois," une femme au visage buriné répondit.

Andrew se replongea dans ses papiers. "Oh je n'avais pas remarqué que vous aviez travaillée pour l'état."

"Pas employée, incarcérée. Vous n'avez pas de problème avec les ex-détenus, n'est-ce pas?" demanda-t-elle d'un ton appuyé.

Cela fit apparament peur à Andrew et il s'éloigna légerement de la table. "Oh non, pas du tout," répondit-il en déglutissant nerveusement. "Du moins pas avec celle qu'on connait," dit-il en secouant la tête. "Bref…Que consideriez vous comme étant votre plus grand défaut?"

Coupe sur

Int.

Cuisine du Conseil des Observateurs –Plus tard

L' homme en costume de polyester et cinq chaines en or autour du cou fit un clin d'œil à Andrew. "Les feeeemmes," essayant de paraître suave.

Coupe sur

Int.

Cuisine du Conseil des Observateurs –Plus tard

"J'ai tendance à précipiter les choses et donc j'oublie ce que j'étais en train de faire et donc je dois revenir en arrière et dire, ummm, ce que j'ai oublié et donc si je me rappelle ce que j'ai oubliée je dois revenir en arrière et le faire mais pour être honnete des fois il est trop tard mais…" babillait une femme qui ressemblait à June Cleaver.

Andrew avait le regard fixé sur la femme comme si il avait abandonné toutes idées de l'écouter.

Coupe sur

Int.

Cuisine du Conseils des Observateurs –Plus tard

"Les jeux vidéo," répondit une fille dans la vingtaine. Andrew sembla se redresser sur son siège. "Je sais que ce n'est pas ce que vous rechercher," ajouta-t-elle en souriant. "Mais dès qu'un nouveau jeu sort je dois l'essayer. Je les loues toujours avant de les acheter mais...Je suis désolée. Je sais que je ne réponds pas vraiment à votr question. Mon plus grand défaut au travail est que j'en fais trop. Je veux aider mais je jongle un peu trop, j'apprend pourtant à déléguer des choses à mes collègues quand je peux. Ainsi je ne suis pas débordé et mon travail en est meilleur."

"Vraiment?" demanda Andrew.

"Ouais, je trouve que si un collègue-."

"Non," il l'arreta. "Je voulais dire que vous louiez vos jeux vidéo d'abord? Je me demandais ou vous alliez et si ils ont une bonne collection. Il n'y a pas grand chose par ici et on doit allez plus loin dans la ville. Et quand je rend enfin le jeux je découvre que j'aurais mieux fais de l'acheter avec l'amende de retard."

"Oh non, vous n'avez jamais entendu parler de RJ's Video?" Andrew secoua la tête apparement emballé. "C'est environ à trois patés de maison d'ici. Il y en a un près du campus aussi mais ici ils ont une meilleure séléction. Ils on même une formule ou on prend autant de jeux que l'on veut et on ne paye que tous les mois. Enfin pas autant que l'on veux mais si on veux le rendre le jour suivant in peux en prendre un autre. Et si tu le rend en retard ce n'est pas grave, on peux le garder aussi longtemps qu'on veut."

"C'est pas vrai?"

"Ouais, ca marche pour moi parce que je suis une étudiante et que je ne peux pas toujours les rendre à temps. Mais la bonne nouvelle est que si j'ai ce boulot, c'est juste au bas de la rue," plaisanta-t-elle. "Mon Dieu j’éspère que ce n’était pas trop directe. Je sais que vous avez surement plein de candidats qualifiés pour ce poste."

"Pas vraiment. Quand pouvez vous commencer, Tracey?" demanda-t-il précipitement.

"Eh bien, aujourd’hui, si ca m’aide à avoir le poste," sourit-elle.

"Vous étes embauchée," Andrew lui serra la main et lui tendit un tablier.

Fondue

Int.

Lieu ressemblant à un dongon – au même moment

Quatre elfes tiraient Fred, toujours vêtu de son costume, vers une cage. L’homme paraissait inconscient quand les elfes le laissèrent tomber et s’en allèrent en fermant la porte.

"Psst! Hey Mec! Tu es reveillé?"

Fred essaya de redresser et d’ouvrir les yeux afin de voir d’ou la voix venait .

"Ou suis-je?" demanda-t-il.

L’homme dans la cage à coté lui tendit sa cantine. "Tiens, bois ça," dit-il.

Fred paraissait reluctant et l’homme l’encouragea.

"C’est juste de l’eau," lui dit il. "Ca fait trois jours que je suis ici maintenant. Je peux l’affirmer par le petit amont de lumière qui se voit ici," dit-il en pointant une ouverture dans la roche devant eux.

"Qui sont ces types?"

L’autre Père Noel haussa les épaules. "J’en sais rien. Je les entends parler à propos de trouver celuiqui en est digne-quoique que cela veuille dire."

Fondue sur

Int.

Prison – Le quartier du Presidium – même moment

"Vous ne pouvez pas me retenir ici plus longtemps. Ils viendront me chercher."

Bonnie se dirigea vers l’homme. Celui ci était habillé d’une veste et d’un pantalon rouge, bordés de fourrure.

"Oh ne vous inquiété pas. Vous ne resterez pas ici eternellement," sourit-elle, de manière glacante. "En fait, je dirais que vos jours sont comptés."

Fin de l’Acte Un

 

 

Act Two

Fondue

Int.

Magasin de musique – Après-midi

Becca et Giles se promenaient dans le magasin de guitare, examinant les differents styles d’équipement.

"Umm," dit en désignant la guitare au dessus de sa tête. "Est ce que je prend la même ou j’essaie quelque chose d’autre?"

"Laquelle?" demanda Giles .

"La bleue,"dit Becca en l’inspectant. "C’est la même que j’ai perdu dans la bagarre avec les suppôts de Satan," plaisanta-t-elle.

Giles sourit. "Tu à l’air de prendre tous cela assez bien," la complimenta-t-elle.

"Ce qui veut dire?"

"Eh bien, je suis rarement sorti avec une femme qui peut accepter l-les...monstres...de mon travail. Ce fut toujours un peut trop terrifiant pour elles."

Becca haussa les épaules. "Peut-être que tu n’as jamais rencontré la bonne personne,"ironisa-t-elle. "Et puis, les monstres sont partouts-qu’ils soient dans ton esprit ou dans la vie de tout les jours, comme le client de mauvaise humeur qui m’achete des livres. Tes monstres sont juste un peu plus litterals mais je t’ai vus en action...tu sais ce que tu fais."

"Actuellement, en parlant de ca…" commenca Giles nerveusement. Attendit qu’il continue. "Mes collègues ont exprimés leurs intérêt à te rencontrer, depuis que nous passons beaucoup de temps ensemble. Si tu ne préfère pas, je comprendrais mais je leur ai dit -."

"Rencontrer tes amis?"

"Malheureusement, oui,"lui dit-elle.

Elle haussa ses sourcils de surprise et pencha la tête.

"Oh non, pas toi –eux," insita-t-il. "Je les apprécis tous,ne te méprend pas. Mais ils ont une tendance à…à profiter de chaques opportunités pour me taquiner horriblement et je ne suis pas sur si tu est prête à affronter ça."

Becca rit. "Tu crois que je ne peut pas me débrouiller toute seule?" demanda-t-elle .

"Pas du tout. C’est juste que…tu ne les connaît pas comme je les connais. Ils peuvent être sans pitié quelques fois et j’ai peur qu’ils puissent te déplaire."

"Attends, laisse moi comprendre," commenca Becca en baissant la tête. "Tu te bat contre un démon au visage tous ridé qui à deux fois ta force mais tu a peur de tes amis?"

"Je n’ais pas dit que c’était une peur rationnelle," répondit Giles en souriant.

Becca rit de nouveau. "Okay maintenant je dois y aller. Je suis trop intriguée pour ne pas le faire."

A ce moment le vendeur s’approcha d’eux.

"Je peux vous aider pour quelques chose?" demanda-t-il.

"Ouais, je pensais acheté la bleue ici, mais la rouge commence à m’intéresser. Ca vous dérange si j’essaie les deux?" demanda-t-elle.

"Pas du tout," lui répondit-il. "Laissez moi prendre l’escabeau."

"Merci," lui dit-elle alors qu’il s’éloignait.

"Quelque soit celle que tu choisie," lui dit Giles. "J’insiste pour te l’achetée."

"Je ne peux pas te demander ça," lui dit Becca.

"Pourquoi? Si je le faisais te sentirais-tu obligé de continué à me voir? Si c’est le cas tu te tromperais. C’était mon ineptie à ne pas etre préparé qui à causé le dommage."

"Non, c’était mon choix de frapper la tête de ce type avec ma guitare dans la bagarre au bar,"insista Becca.

Ils s’interrompirent tous les deux et se rendirent compte de la présence du vendeur, qui se tenait là, tout sourire. Becca rougis d’avoir été écouter et le vendeur se contenta de leur faire signe de la main.

"Hey, la raison pour laquelle vous acheter cette guitare m’importe peu, du moment que vous dépenser."

"Je suis une cliente plus difficile que j’en ai l’air," l’avertit Beccaen le regardant monté l’escabeau.

"Si etre une cliente difficile vous fais revenir, je ne m’en plains pas,"plaisantat-il en lui tendant la guitare bleue. Il redescendit prudamment. "La rouge est identique que celle là, elle est juste...vous savez...rouge."

"Est-ce qu’il y a un délai de retour?" demanda Becca en la soupesant.

"30 jours…mais elle doit etre retourné en une pièce," ironisa-t-il.

"C’est un comique," dit-elle à Giles en pointant son pouce vers le vendeur. Elle teint la guitare encore unn petit moment. "Okay, je vais vivre dangeureusement et essayer quelque chose de différent. Prenons la rouge."

"Certainement," dit le vendeur en hochant la tête, il reprit la guitare et la racrocha.

"Et assurer vous qu’il y ai un jolie ruban avec un noeud dessus," l’instruit Giles.

"Rupert,"réprimanda Becca.

"Tu n’es pas la seule a pouvoir être têtu," dit-il en donnant sa carte au vendeur avant qu’elle ne puisse le faire.

Becca poussa un soupir vaincu en regardant le vendeur s’en aller avec.

"Merci," dit-elle à Giles d’une manière plus frustrée que sincère.

"Je t’en pris," répondit-il joyeusement, satisfait d’avoir gagné.

Coupe sur

Int

Conseil des Observateurs – Salle des ordinateurs

Faith entra dans la salle des ordinateurs et remarqua que les lumières étaient allumés mais qu’il n’y avait personne. Elle se dirigea vers l’interupteur et les éteignies.

"Hey!" elle entendit Willow s’exclamer.

Elle ralluma tous aussi rapidement.

"Oh, désolé. Je savais pas qu’il y avait quelqu’un." Elle rentra dans la pièce et scruta la pièce. "Mais ou est-ce que tu es?"

Willow se dégagea rapidement d’un bureau et s’épousseta.

"Je me prépare au retour des EO après la pause de Noël. J’ai pensée que je devais me mettre à jour."

"EO?" questionna Faith.

"Les Etudiant Observateurs. Alors qu’est ce que tu fais aujourd’hui?" demanda Willow.

Faith haussa les épaules. "Je m’ennuie. Toutes les filles sont retournés chez leur famille, alors je n’ai personne à entrainer," dit-elles en s’asseyant sur le bureau. "J’ai essayée avec Kennedy mais …"ajoua-t-elle en souriant.

"Ca n’a pas été comme prévu?"

"De loin…alors, de qui tu t’occupe?" demanda Faith.

"Quoi?"

"Au Père Noël secret – qui a tu tiré?"

"Si je te le disais ça ne serais plus un secret, non?" rétorqua Willow en vérifiant les connections derrière l’ordinateur.

"Oh allez," dit Faith en riant. "Qui a tu eue? Moi j’ai eue Rowena et je n’ai pas la moindre idée de quoi lui donner. Hey, tu es une Observatrice! Qu’est ce que les Observatrices aiment?"

"Tu ne peut pas te tromper avec des fournitures de bureau," lui dit Willow d’un hochement de tête.

Faith se mit à rire. "Ouais, ça sent vraiment l’attention individuelle. Nan…mais elle a cette arbalète. J’ai penser à des flèches d’entrainement ou un truc comme ça."

"Ca pourrait marcher," dit Willow en allumant un des ordinateurs.

"Bon et maintenant dis moi-qui tu a eu?"

Willow hésita. "Kennedy," soupir-t-elle.

"Oh c’est vrai, ca va vraiment être difficile de lui choisir le sien," s’amusa Faith. "Pauvre Will."

Willow hésita et mordit sa lèvre inférieur. "Ce n’est pas aussi facile que tu ne le pense."

"Qu’est ce que tu veux dire?"

"Je suis allée au centre commercial. En pensant lui offrir un truc que moi et elle pourriont aimer. Mais je suis pas le genre de personne qui achète un cadeau pour quelqu’un et dire 'Si tu ne l’aime pas, je peut l’avoir?'…Je voulais juste, quelque chose que peut être on aimerais toute les deux." Faith ésquissa un sourire. "Et c’est pas ce que tu crois," ajouta Willow en faisant de même.

"Je n’ai rien dit du tout, Willow," taquina Faith.

Willow souriait mais bientôt le sourire disparus. "Mais tu sais quoi? Quand j’étais là bas j’ai réalisée que…qu’il n’y avait rien qu’elle et moi aimions…enfin, sauf pour le sexe. E-Et une fois que j’ai commencée à réflechir à ca…Je me suis demandé ce qu’il y avait d’autre? Je veux dire a part le sexe? Parce qu’être avec quelqu’un c’est plus ‘qu’être avec quelqu’un’."

Faith ne rajouta rien.

"Peut-etre que je ne devrait pas te dire ça," dit Willow en essayant de s’occuper.

"Pourquoi pas? Je pensais qu’on commencait à se faire confiance," répondit Faith un peu décue.

"Non, je veux dire oui, mais…tu es l’amie de Ken e-et peut- etre que je parle avec la mauvaise personne."

"Oh hey, t’inquiète pas pour ça. Je ne lui dirait rien mais…cette fille t’adore.Tu le sais, non?"

"Oui, je sais," répondit Willow avec une pointe de culpabilité.

Un léger silence s’instaura entre elles juqu’a ce que Faith reprenne la parole. "Bon sang Willow, je ne sais vraiment pas ce que je dois dire."

"Tu n’es pas sûre ou tu ne veux pas en parler?"

Faith prit un air coupable. "C’est quelqu’un de bien. Un peu arrogante et têtue des fois, mais...je pense que c’est la Tueuse en elle," ajouta Faith dans un léger sourire, espérant alleger l’atmosphère.

"C’est quelqu’un de bien," répeta Willow. "Mais…"

"Pas bien pour toi," termina Faith.

Willow allait protester quand elle se freina elle même. Faith se leva et fit quelques pas vers Willow.

"Ecoute tu l’as dit toi-même. Ken est une amie. Mais toi aussi. Et je peux etre amie avec vous deux... mais si ca ne marche pas, Will, laisse la partir. Bien sûr ca va la blesser mais en fin de compte...ce sera mieux comme ça. Pour vous deux."

Faith serra le bras de Willow, "On pourrait en parler plus à la célébration de Yule ce soir si tu veux," offrit-elle. Elle lui sourit de manière réconfortante et quitta la pièce. Willow la regarda partir avec une expression pensive.

Coupe sur

Int.

Cuisine du Conseil des Observateurs – Plus tard dans la journée

Andrew écoutait la radio à plein volume, secouant la tête de gauche à droite pendant qu’il nettoyait la cuisinière et chantait à pleine voix. Tracey se contentait de sourire tandiqu’elle débouchait l’évier.

"Guess who's back? Back again. Shady's back. Tell a friend. Guess who's back, Guess who's back, Guess who's back, Guess who's back, Guess who's back, Guess who's back, Guess who's back, whaillll…yeah, yeah,ya-."

Giles regarda Becca et roula des yeux.

"Andrew pourrait tu couper la musique un moment!" cria l’Observateur.

"Oh!" Andrew se retourna et fonca vers la radio, baissant le son. "Désolé, je ne vous ai pas entendu revenir Mr Giles. J’étais en train de -."

Avant qu’il puisse terminer Becca commenca à chanter.

"I've created a monster, cuz nobody wants to see Marshall no more. They want Shady. I'm chopped liver. Well if you want Shady, this is what I'll give ya – a little bit of me mixed with some hard liquor." Elle s’interrompit et, souriante, enjoignit Andrew à continué de chanter avec elle..

"Some vodka that'll jumpstart my heart quicker then a shock when I get shocked at the hospital by the doctor when I'm not cooperating, when I'm rocking the table while he's operating. Hey!"

Becca observa Giles et son expression mortifié la fit éclaté de rire, incapable de se retenir plus longtemps. Andrew baissa encore plus le son et s’approcha d’eux avec une expression curieuse.

"Qui êtes vous?" demanda-t-il à Becca.

"Bonne question," dit Giles, alarmé. "Voici Becca de la librairie qui, jusqu'à présent, ne paraissait pas folle du tout."

"Heureuse de te revoir," dit-elle en prenant la main d’Andrew.

"Ohhhhh Becca," dit-il. "C’est vrai! Désolé je ne vous avait pas reconnue…je pensais que vous étiez plutot ...vieille."

Giles semblait à l’agonie mais Becca se contenta de rire. "En toute franchise comparée à toi, je le suis."

"Mais vous aimez Eminem?"

Becca haussa les épaules. "Je ne peux pas dire que je suis une grande fan, mais j’aime beaucoup de musique actuelle."

"Moi aussi ," confessa Andrew. "Mais je dois admettre que j’aime celle là…Et qu’est ce que vous écoutez d’autre? Vous avez un groupe, pas vrai? Est ce que vous-?"

Andrew continuait son babillage lorsque Faith, Kennedy et Willow entrèrent dans la cuisine.

"Woah!" Faith fit semblant de faire un pas en arrière. "Ca alors Giles, comment avez vous dénicher une fille pareille?"

"Faith," soupira Giles, en essayant de dissimuler son embarras.

Faith l’ignora et se tourna vers Kennedy et Willow. "Évidemment vous deux êtes les meilleures juges dans ce département. Est ce que je me trompe?"

Kennedy examina Becca un moment. "Nan, je suis d’accord. C’est une poupée"

Willow tapa sur le bras de Kennedy et s’avanca en offrant sa main.

"Ignorez les," dit-elle à Becca. "Je suis Willow Rosenberg," ajouta-t-elle, avec un sourire sincère.

"Heureuse de vous rencontrer," Réponidit Becca en lui serrant la main.

"Moi aussi."

"Et vous n’allez pas me croire," interrompit Andrew. "Elle aime le rap. Et le hip hop aussi, probablement," dit-il à Willow. Il se retourna vers Becca, "Le hip hop aussi, non?" demanda-t-il, excité.

Becca rit de son entousiasme. "Il y a beaucoup de style que j’apprécie. Mes musiciens vont de 50 à 21 ans, alors nous savons jouer un peu de tout."

"Oh c’est vrai," ajouta Willow. "Giles a mentionné que vous jouiez de la guitare tous les deux."

"Oui, il m’a entendue joué, mais je ne l’ai pas encore entendu," remarqua Becca, presque comme un challenge.

"Oui, bon, on verra," dit Giles en essayant de changer de sujet.

"Oh Giles est vraiment très bon," lui dit Willow. "E-Et il a aussi une voix très sexy."

"ET il chante?" demanda Becca à Willow tout en interrogeant Giles du regard. Elle continua en voyant qu’il était absorbé par ses chaussures. "Eh bien, eh bien, j’aurais appris des choses en venant ici."

"Je le répète encore une fois, on verra," dit Giles de nouveau.

"Hmm," fit Becca avant de se tourner vers Willow. "Mon groupe à un concert dans peu de temps. Nous jouons dans une salle du VFW tout les ans. C’est cet evenement semi formel des vacances."

"Ca à l’air sympa," ajouta Kennedy.

"Ca l’est," lui dit Becca. "Nous avons tout les ages là-bas – de un à 92 ans," plaisanta-t-elle sur l’air de 'The Christmas Song'. "Vous etes tous invités. Et qui sait? Peut etre que vous pourriez convaincre Rupert de monter sur scène le temps d’une chanson?"

"Oh, ca serait cool!" lui dit Willow. "Pas vrai, Giles?"

"Oui, merveilleux," répondit-il en essayant de paraitre convaincu, sans succès.

"Qu’est ce qui est merveilleux?" demanda Robin en entrant dans la cuisine. Quand il s’approcha il remarqua Becca et sourit. "Oh, bonjour," dit-il en passant son bras autour de Faith. "Je suis Robin Wood. Vous devez etre Becca."

"Je le suis," affirma-t-elle. "Enchantée."

"Moi aussi."

"On vient de se faire inviter pour une fête de Noel," lui dit Faith.

"Quand est ce?" demanda Robin.

"Demain soir," lui dit Becca. "De huit heures à minuit."

Il aquiesca d’abord mais se retourna rapidement vers Fath. "Oh nous allons au parc pour ce festival des lumières, tu t’en souviens?" lui dit Robin.

"Ouais, mais la fête commence à huit heures, nous pouvons faire les deux. Enfin, à moins que tu n’ai un autre rencard cette soirée," plaisanta Faith.

"Biiiien sur, comme si ca pouvait etre vrai." Robin sourit à Faith avant de se tourner vers Becca. "Vous pouvez compter sur nous."

"Nous pourrions y aller aussi," offrit Kennedy.

Willow sembla paniquée pendant une demi seconde puis elle se ressaisit et fit faca à Kennedy. "Nous allions sortir diner demain soir," lui rappela Willow.

"On fera comme Faith," répondit Kennedy. "Nous irons diner plus tot et on pourra assister à la fête."

"Oh oui, ca pourrait marcher," répondit Willow, avec une pointe de nervosité.

Giles sembla observer Willow un moment puis se détourna pour Becca. "Bien, maintenant que tu as survécue à l’interrogatoire," plaisanta-t-il, "…voudrait-tu visiter le reste de l’étage? Je suis sur que Rowena, notre autre associer est par ici. Probablement à la bibliothèque."

"Absolument," dit-elle à Giles avant de se tourner vers le groupe. "Ce fut un plaisir de vous rencontrer."

Leurs voix lui souhaitèrent au revoir tous en même temps tandisque Giles la conduisait hors de la pièce.

Quand le groupe se sépara pour retourner à leur tâche respective, Andrew se tourna vers Tracey.

"Mmm, tu voudrais y aller aussi?" demanda-t-il doucement. "Je veux dire qu’elle nous l’a proposer à tous, et tu viens de commencer…ca serait bien que tu vienne– pas comme un rendez-vous," ajouta-t-il précipitement. "Je ne voudrais pas que tu te sente obligée d’y aller pour garder ton travail. Je sais qu’il y a des lois contre ce genre de truc. Je veux juste que tu te sente intégrée. En se joignant à nous tu pourrais faire un peu plus connaissance avec tous le monde."

Tracey sourit simplement. "Sure, je crois que je peux me trouver une robe semi formelle."

"Très cool," répondit Andrew, "une fois encore, ce n’est pas un rendez-vous. Comme je l’ai dis, il y a des lois et tout."

"Oui je comprend," répondit-elle. "Et merci de vouloir m’inclure," le rassura-t-elle.

Coupe sur

Int.

Maison Summers – Soirée

"Uno!" crièrent les deux adolescentes en même temps, bien qu’une fut légerement plus rapide. Les deux jeunes femmes étaient assise devant une table basse, face à face.

"Ah ha! Tu as essayé de m’avoir et tu t’es plantée," dit triomphalement la fille rousse.

"Ah ouais," Dawn eue un sourire malicieux. "Prends en quatre," dit-elle en abaissant sa carte.

"C’est pas vrai," soupira Skye. "Tu triche!"

Dawn commenca à rire quand on frappa à la porte.

"J’y vais," hurla-t-elle en passant devant les escaliers pour aller à la porte.

En ouvrant la porte elle vit un van garé sur le trottoir mais personne dans les parages. Elle se mit à sourire.

"Ho! Ho! Ho!" dit Xander en sortant de sa cachette près de la maison.

Dawn commenca à crier et à sauter de joie sur place avant de le tirer dans la maison et de le serrer contre elle.

"Tu arrive tôt," lui dit-elle, excitée.

"Je peux revenir plus tard," dit-il en se dirigeant vers le porche.

Dawn l’attira dans la maison. "Ni pense même pas," le menaca-t-elle en se tournant vers les escaliers. "Buffy! Xander est ici!"

"Je suis arrivé plus tôt que prévu. J’espère que je ne vous dérange pas," dit-il.

"Tu rigole?" demanda Dawn. "C’est génial." Doucement, Skye se rapprocha de la porte.

"Salut," dit-elle en levant timidement la main.

"Oh," dit Dawn, un peu embarrassée. "Désolée. Xander voici Skye. Skye c’est Xander Harris."

"Heureuse de vous rencontrez," dit-elle poliment.

"Moi aussi, je te rencontre enfin," répondit-il. "En fait quand Dawn..." Xander s’interrompit et regarda Dawn l’examiner. "Tu sais que ce n’est pas polie de dévisager," lui dit Xander.

"Désolée," Dawn rougit. "Je voulais voir si il était réellement d’une couleur différente, et il l’est, mais la couleur n’est pas trop différente. Willow a fait du bon travail ."

"Tu sais si tu était plus agée et moins innocente, je suis sur que j’aurais trouvé une remarque pleine de sous entendus."

"Je ne suis pas aussi innocente que j’en ai l’air," lui dit Dawn.

"Je suis d’accord," ajouta Skye.

Xander sentit ses joues s’enflammer en entendant le dernier commentaire. "Je parie que tu es très utiles," dit-il en secouant la tête. "Tuer des vampires est probablement plus facile que …" Xander s’arreta et regarda la figure au sommet des escaliers.

"Qu’élever une incorrigible et hormonal petite sœur ?" lui demanda Buffy en descendant les marches.

Il marcha doucement vers elle et attendit qu’elle arrive près de lui, un sourire planté sur son visage. Plus elle se rapprochait plus il pouvait discerner les larmes dans ses yeux.

"Bonjour Xander," dit-elle doucement en le serrant contre elle. Elle le tint pendant un moment avant d’ajouter, "Je me suis juré de ne pas pleurer."

"Hey, du moment que ce sont des larmes de joie, je t’en pris continue," lui dit elle.

Elle ricana et renifla exagérement en se reculant. "Ce sont définitivement des larmes de joie," lui dit elle firmement et en lui tenant le bras. "Oh et avant que j’oublie, Dawn a branchée la web cam. Il y a une certaine rousse qui attend la fameuse dance de Snoopy."

"Mais Skye est juste ici," dit-il en pointant la petite amie de Dawn.

"Pas cette rousse là," lui dit Buffyen souriant. "L’autre – à Cleveland?"

"Oh, celle là," plaisanta Xander, pleinement conscient de qui parlait Buffy. Enfin, il se tourna vers Dawn, "Attends. Elle est rousse aussi." Il désigna Skye, amusé. "Est ce que je dois y voir une connection quelconque?" demanda-t-il au groupe.

"Il n’y a pas de connection," dit Dawn sur la défensive.

"Tu n’es pas une sorcière, non?" demanda-t-il à Skye.

Skye rit. "Non, je n’en suis pas une. Peut-être cinq jours par moi, mais sinon. Pas de sorcellerie à proprement parler."

Xander rit légerement. "Elle parle même comme Will," ajouta-t-il pour Buffy.

Buffy se contenta de sourir et aquiesca. "Nous avons eu cette discussion."

"Oui, et je ne fais pas de transfert" sortit Dawn. "Allez Xan, on te fais visiter," dit-elle en le poussant hors de l’entrée. Buffy et Skye suivirent et Buffy placa son bras autour des épaules de Skye.

Coupe sur

Int.

Antre du Presidium – Soirée

"Vos contacts ont Yoel?" demanda le démon au dos courbé à Bonnie.

"Oui, Monsieur," affirma-t-elle. "Nous recherchons en ce moment même un moyen de le renvoyer dans sa dimension mais il y à des complications qui en résultent."

"Les complications ne me concernent pas," lui dit elle.

"Je le réalise mais si nous laissons le portail ouvert pour un petit moment…d’autres pourraient être laissés derrière."

"D’autres?"

Bonnie aquiesca. "Des Père Noel ont disparus dans la ville récement. Et Yoel a fait mention de… ‘ceux qui le retrouverons’ ."

Le laquais du Presidium s’esclaffa. "Yoel a quoi, des elfs?"

"C’est ce qu’il dit, tout du moins, qui ressemblent à des elfes. Ils le recherchent."

"Et en quoi cela me concerne, Bonnie?" demanda le démon.

"J’aimerais du renfort pour rechercher et capturer ces elfes. Si ils réussissent et que Yoel s’échappe et commence à massacrer tous les enfants de Cleveland alors -."

"Je vois. On ne peut pas se le permettre," affirma-t-il. "Et nous pourrions avoir besoin de l’aide de Yoel une fois le plan en route. Pas besoin de se faire des ennemis. Je vois votre dilemme."

"Alors pouvez vous envoyer quelques démons pour la traque?" demanda-t-elle.

"Je les enverrais dès ce soir," lui dit-il en hochant la tête.

"Très bien Monsieur. Merci."

Il hocha la tête une seconde fois et elle partit.

"Oh, Bonnie," l’appela-t-elle. Elle s’arreta et se tourna pour lui faire face. "Si on ne se revoie pas avant…Comment dit-on déja… Joyeux Noel pous vous et vos siens."

Bonnie ricana. "De même, Monsieur," dit-elle poliment en souriant.

Fin de l’acte deux

 

Act Three

 

Fondu

Int.

Appartement de Giles – Soirée

Willow étair assise devant l’ordinateur, qu’elle avait installée auparavant, et tapait.

"Okay tout le monde," leur dit-elle. "Regroupez-vous. Le show va commencer."

Giles, Becca, Kennedy, Rowena, Faith, Andrew, Tracey, Vi et Rona se rassemblèrent devant le petit écran.

"Hey! Les grands derrière!" Faith dit à Giles, se tenant devant elle. Il sourit et se mit sur le coté, derrière Becca et laissa Faith s’avancer.

Ils regardaient tous l’écran avec un léger sourire. Soudainement tout le monde se mit à rire.

"C’est l’ôde à Snoopy de Xander et Dawn?" demanda Becca entre deux accès de rire.

"Oui, et comme tu peut le constater, je ne connais personne de mentalement sain," répondit Giles.

Willow s’essuya les yeux et tapait un message tandis que les autres s’éloignaient. Willow s’apercue que Giles se tenait encore derrière elle et écrivit quelque chose d’autre. La caméra se tourna soudainement et ils virent Buffy faire un signe et envoyer un baiser de la main. Willow se retourna et vit Giles sourire avec des yeux brillant. Ne voulant pas gêner, elle se reporta vers l’écran.

"Giles dit bonjour," fut tout ce que Willow répondit.

"C’est ta Tueuse?" demanda Becca.

Giles aquiesca.

"C’est une très jolie jeune femme," répondit-elle. "Elle a l’air adorable."

"Oui," remarqua fièrement Giles. "Une adorable jeune femme qui a sauvée le monde un grand nombre de fois au fil des années."

"Elle a l’air bien non, Giles?" Willow demanda. "Je veux dire heureuse."

"Elle a l’air," dit-il en secouant la tête affirmativement avant de se baisser vers Willow, pointant l’ordinateur. "Dis lui..." il s’interrompit un moment, incertain de ce qu’il voulait dire. "Souhaite lui un joyeux Noel."

Willow sourit à Giles sachant qu’il voulait lui en dire plus sans pouvoir trouver les mots. Elle recommenca à taper et Giles prit Becca par le coude.

"Allons mettre ce vin au frais," lui dit-elle en la conduisant vers la cuisine.

Coupe sur

Int.

Appartement de Giles – Au même moment

"Au fait c’est quoi Yule?" Faith demanda à Robin, Kennedy et Vi qui se tenaient en cercle devant la cheminée. Rowena était devant le punch et les regarda, tous haussèrent leur épaules.

"Une fête du calendrier solaire des Sorciers ," leur dit-elle en remplissant son verre. "Elle a lieu ce soir, au solstice d’hiver, le jour le plus long de l’année."

"Okay," dit Faith, "Mais pourquoi la bûche? Pourquoi pas un buisson ou une broussaille ?"

"Hmm," fit Rowena.

"Ms. Gros Cerveau n’ a pas toutes les réponses," se moqua Kennedy.

"Non et je n’ai pas honte de demander à quelqu’un qu’ ils les a," rétorqua-t-elle avant d’appeler par dessus son épaule, "Willow?"

La sorcière referma son ordinateur et se dirigea vers le groupe. "Qu’est-ce qui se passe?"

"C’est quoi le truc?" demanda Faith, avant que Rowena ne le puisse, en désignant le foyer incandescant. "Pourquoi brûler une buche pour Yule?"

"Oh, ce n’est pas exactement une buche de Yule mais euh…Voyons, à Beltaine, qui est le premier Mai, nous érigons un mât pur cette célébration. Et on célèbre la fertilité, la renaissance, la repousse, toute les trucs du Printemps. Et au Solstice d’Hiver nous brûlons ce mât comme la buche de Yule.."

"Ohhh," Faith comprit, "c’est comme quand les chose meures, ou plutot brûle dans ce cas là, et, au printemps, tout revient à la vie?"

"Ouais, a peu près," dit Willow.

"Tu vois, petite?" dit Faith en lui donnant une tape sur l’épaule avec le dos de la main. "Ce truc sorcier n’est pas trop dur à comprendre. Si j’y arrive, tu peut le faire aussi."

"Je n’ai jamais dit que je ne pouvais pas. C’est juste que c’est pas mon truc, c’est tout." Kennedy haussa les épaules. "Je vais me chercher un verre. Quelqu’un en veut?" ajouta-t-elle.

Faith donna à Willow un regard de compassion et recu un sourire mélancolique en retour. Faith se mordit la lèvre et secoua la tête légerement.

"Faith?" une voix dit, détournant son attention.

Elle se tourna pour découvrir Kennedy attendant la réponse à la question des boissons.

"Non merci," lui dit-elle en levant son verre. "C’est bon."

Faith et Willow regardèrent Kennedy s’éloigner.

Fondue

Fondue

Int.

Bibliothèque du Conseil des Observateurs – Matinée

"Vous avez vus, nous n’avons pas mis le feu à votre appartement la nuit dernière ," Willow remarqua en voyant Giles entrer. "E-Et si c’est le cas, vos habits sont en bonne état."

"A quelle point es-tu supercticieuse?" demanda Giles.

Willow secoua la tête, essayant de comprendre la conversation. "Euh, pas énormement, pourquoi?" répondit-elle finalement.

"Eh bien…la bûche s’est éteinte la nuit dernière et d’après ce que Rowena m’ a dit, c’est un mauvais présage si cela arrive avant la lumière du jour," remarqua Giles, incertain de ce que pourrait dire Willow.

"Giles," soupira Willow. "Nous vivons dans un état constant de mauvais présage. Nous attirons activement les mauvais présage. Nous sommes un mauvais présage."

Giles leva un sourcil. "Tu marque un point," admit-il.

"Et un très bon point. Nous sommes maudis. Nous savons tous cela et plus vite vous l’accepterez mieux vous vous en porterez."

Giles lui donna un petit sourire et regarda la table couverte de papiers. "Qu’est ce que c’est?" demanda-t-il.

"Une autre disparition de Père Noel. Enfin, un disparus et un autre retrouvé. Retrouvé mort."

"Tué?"

Willow aquiesca. "Selon le rapport de police, il a été éventrer."

"Oh mon-," murmura Giles.

"Oui, ce n’est plus drôle du tout et je me demande si ce n’est pas quelque chose de démoniaque."

"Pourquoi suspecte-tu le surnaturel?"

"Eh bien, quand j’aie commencé à lire le rapport ce matin, je me suis rappelée une histoire que nous a raconté Anya. Elle disait que le Père Noel existait mais qu’il ne s’appelait pas comme ca. Et il n’apportait pas de présents aux enfants. Devinez ce qu’il leur faisait à la place."

"Il les eviscérait?" demanda Giles.

Willow fit une moue affirmative. "Et bien que ce soit un homme et non pas un enfant je recherche des infos sur le démon d’Anya."

"As-tu découvert quelque chose?"

"Un peu." Affirma Willow. "Une, il ne vit pas au pôle Nord, ni dans notre monde. Il a été envoyé dans une autre dimension par une tribu de natif Américain au début de 1800. Je n’ai pas la référence de la tribu, mais il semble qu’ils ont procédés à un rituel qui l’a renvoyer, avec un groupe de ses suivants, hors de notre monde."

"Quoi d’autre?"

"Selon l’image…il ressemble au Père Noel. Manteau rouge; pantalons, bordé de fourrure. C’est assez effrayant, si vous me demander mon avis. Parce que ce démon était présent avant le mythe du Père Noel. Ca veut dire…. "

"Qu’il aurait très bien put inspirer la légende."

"Oui, il pourrait très bien y avoir une connection avec le démon d’Anya."

Coupe sur

Int.

Bureau de Bonnie– Après-midi

"Vous avez trouvés?" demanda-t-elle aux démons qui s’étaient assemblés autour de la table.

"Non ma'am," dit l’un d’eux.

Bonnie jeta son journal sur la table. "Quelqu’un était dehors la nuit dernière," Dit-elle en pointant le gros titre du journal, ’Un Père Noel assassiné’. "Et Yoel est toujours dans sa cellule. Il est évident que ses suivants ne peuvent pas le retrouver, ils deviennent frustrés et essaient de poursuivre son travail sans lui."

"C’est peut-être une coincidence," proposa un autre.

"Ce Père Noel a été retrouvé à moins de 2 km de la location de Yoel. Ils se rapprochent, alors je vous suggère de doubler vos efforts et de les trouver vite," ordonna-t-elle.

"Nous faisons du mieux que nous pouvons," lui dit-il.

"Plus on se rapproche de Noel, et plus ils deviennent puissants- chacun d’entre eux," les prévint Bonnie. "Cette malédiction les lies ensemble. Cela veut dire que le jour de Noel, tout Cleveland pourrait mourir – vous inclus. Compris?"

"Nous les aurons ce soir," insista le démon.

"C’est ce que je voulais entendre," dit Bonnie dans un sourire.

Coupe sur

Int.

Caverne des elfes – Après-midi

Un démon elfe, plus grand que les deux autres qui l’entouraient, dépassa les cages qui contenaient les quatres prisonniers. Ces larges épaules et son allure confiante lui donnait l’apparence d’un leader.

"Vous réalisez que votre temps est compté?" dit-il.

"Oui, mais nous avons chercher partout. Il est tout près, Monsieur. Nous pouvons le sentir – nous tous. Mais nous devons faire le rituel bientôt avec lui si nous voulons rester dans cette dimension. Etes-vous certain qu’aucun de ces hommes n’en sont digne? Nous pourrions-."

"Je vous ai dit que nous continuerons nos recherche juqu’au dernier moment; à ce moment là nous nommerons un remplacant pour cette tâche."

"Mais si nous le faisons et que…"

"Que quoi? Yoel revienne?"

Son compagnon hocha la tête rapidement. "Il serait très enragé, Monsieur."

"Notre sacrifice d’hier nous a donné assez de pouvoir pour prolongé norte temps dans cette dimension pour l’instant. Nous le trouverons, sinon," dit-il en s’arretant près de la cage de Fred. "Nous le nommerons celui qui en est digne."

"Et les autres?" dit-il en désignant les autres cages.

"Ils feront un très bon dînner de Noel."

Fondue

Int.

Quartier de Rowena – Début de soirée

Rowena mit la touche finale sur ces cheveux et s’examina dans le miroir, se regardant de différents angles, quand on frappa à la porte. Elle quitta la salle de bains et se dirigea dans le salon. Quand elle ouvrit la porte, elle vit Willow se tenant là.

"Oh hey," dit-elle avant que Willow puisse parler, la poussant à l’interieur. "Qu’est ce que tu en pense? Raide ou boucleé ce soir?"

"Quoi?" demanda Willow.

"Mes cheveux," pointa-t-elle. "Je devrais les laisser raide ou les relaver pour les boucler, ce qui crois moi, n’est pas aussi merveilleux que les gens au cheveux raide semble le penser?"

"Euh, raide c’est bien, mais euh, bouclé aussi je crois," répondit absentement Willow. "Ecoute, j’ai besion de te demander une faveure."

"Sure," dit solennelement Rowena en voyant a quel point Willow était distraite.

"Si tu dis non, ca serait okay, mais c’est plus facile si tu passe le message ce soir à la fête."

"Quel message? Tu ne viens pas?"

Willow secoua la tête négativement et ferma la porte avant de se retourner vers Rowena.

En voyant le serieux de son visage et les larmes qui menacaient de couler, Rowena demanda, "Willow, Qu’est ce qui ne vas pas?"

La sorcière commenca à pleurer et les yeux de Rowena s’agrandirent. "Oh, hey," dit-elle doucement la prenant contre elle, lui carressent le dos. "On va commencer doucement, okay?"

Coupe sur

Ext.

Festival des Lumières de Cleveland – Tôt dans la soirée

"Il fait combien ce soir?" demanda Giles à Robin, marchant côte à côte. Becca et Faith marchaient quelques mètres derrière en discutant.

"Plus de vingt degrés. Pas vraiment un Noel enneigé," soupira-t-il.

"Oui, Willow en voulait un aussi."

"Je croyais qu’elle détestait le froid."

"Eh bien," expliqua Giles en souriant, "les conditions étaient, et je cite, ‘un Noel enneigé ou tout pourrait fondre le jour suivant et le rester jusqu’à l’année suivante’."

Robin rit sans bruit. "Je dois dire qu’elle s’en sort mieux que je ne l’aurais pensé. Quand je suis arrivé en Californie j’ai detesté la chaleure, alors elle a ma sympathie."

Coupe sur

Ext.

Festival des Lumières de Cleveland – au même moment

Becca et Faith continuaient leur marche derrière les deux hommes.

"J’espère que ce double rendez-vous ne te dérange pas," dit Becca sincerement.

"Pas du tout," lui dit Faith. "Je n’en ai jamais fait au lycée…enfin, je l’aurais fait si je n’avais pas laissé tombé."

"Tu n’as pas finis tes études?" demanda Becca.

"Nan, c’est devenu compliqué. Après avoir été élue – une seconde, Giles t’a expliquée pour tout ça?"

"Buffy était la Tueuse. Elle est morte. A été ramené à la vie et le monde avait deux Tueuses jusqu’à ce que Willow lance ce sort."

Faith s’interrompit. "Ouais, c’est la version courte. Bref, j’ai passée des années à m’entrainer, mais quand je fut appelée, un vampire tua mon Observateur et me pris en chasse. J’ai quitté Boston pour Sunnydale, mon Observateur m’ avait parlé d’une Tueuse là-bas. L’école n’as jamais été importante pour moi, et après ça…Ca comptait encore moins. C’est dur de se soucier de tes exams quand tu te bat pour rester en vie."

"Je peux le comprendre…tu as pensée à y retourner? Sans aucun jugement, je suis juste curieuse." Ajouta Becca.

Faith rit reluctement. "Actuellement nous avons recu une brochure pour ça par courrier le mois dernier. Je l’ai jeté quand personne ne regardait mais…je n’ai vraiment pas le temps, et c’est quoi le BAC vraiment? C’est comme ça qu’il appelle ça? Le BAC?"

"Oui, un baccalauréat général," répondit Becca.

"Oui, pourquoi aurais-je besoin d’une éducation générale? C’est pas comme si j’allais à la Fac ou un truc comme ca. Ceci est ma vie," dit-elle en levant la main. "Je l’aime, ne te trompe pas. C’est juste que je ne vois pas l’intêret de retourner à l’école. Pas vraiment."

"Alors," Becca commenca un peu reluctante, "quelque chose t’as fais prendre cette brochure."

Faith le considéra un moment. "Ouais…Robin est intelligent – il était un proviseur et maintenant il est avec moi. Je veux dire qu’il m’aime pour moi et ne m’ a pas poussée du tout mais… "

"Tu penses qu’il veut que tu y retourne?"

"Non, c’est pas ça," répondit Faith. "Je crois que j’ y ai pensé pour lui. Tu sais, sa petite amie ne serait plus une drop out? Mais comme je l’ai dit…c’est assez stupide vu que j’ai déja une ‘profession’."

Becca se tourna vers Faith avec une expression songeuse.

"Quoi?" demanda Faith, un sourire nerveux sur le visage.

"Oh, rien, je crois que tu as raison. Si tu le fait pour lui, alors ne le fait pas du tout. Ce n’est pas facile de revenir aux études quand ton cœur n’y est pas. Mais si tu le voulait vraiment –alors tente ta chance. Tu ferais quelque chose qui aurais du sens pour toi et seulement pour toi."

Faith renifla légerement. "Tu vois, tu veut, tu prend," murmura-t-elle.

"Umm, oui, essentiellement."

Faith considéra les mots un moment et se mis à sourire.

Coupe sur

Ext.

Festival des Lumières de Cleveland – au même moment

Plus loin, Giles parraissait un peu nerveux lorsqu’il se tourna vers Robin.

"Je peux te poser une question?"

"A propos de?"

"Euh, de Becca actuellement. Cela fait longtemps que je ne suis pas sorti avec quelqu’un et je crois avoir un problème pour …" Giles s’interrompit, semblant chercher ses mots.

"Pour le faire?" demanda Robin.

"Pour le - non!" s’exclama Giles essayant de garder sa voix basse.

"Ils font des médicaments pour ça, vous savez?" le taquina Robin, en voyant combien Giles était troublé.

"Je n’en ai pas du tout besoin, merci beaucoup," répondit Giles indigné. "Ca va très bien si tu veux le savoir– exceptionnel actuellement! Ce n’est pas le problème."

"Alors c’est quoi?"

"J’apprécie immensément la compagnie de Becca. C’est une femme intelligente et très belle."

"Je l’ai remarqué. Ou est le problème?" demanda Robin.

"Eh bien, j’ ai eu des occasions d’ embrasser cette femme mais je …je recule à chaque fois. Je ne veux pas être pressant, mais je ne veux pas demander car çela pourrait ne pas etre assez courageux pour elle alors… j’attend, quoi exactement, je n’en suis pas sur."

"Vous pourriez juste approcher et lui dire ‘Viens ici, baby’ en lui en plantant un bien mouillé sur les lèvres."

"Merci Cyrano," soupira Giles (soundbyte)

Robin rit doucement. "Non sérieusement, il est évident que vous l’apprécier. Et après l’avoir vue ce soir je crois que le sentiment est vraiment mutuel. Alors quand ce sera le bon moment, vous le saurez. Soyez confiant, et la prochaine fois que la chance se présente, prenez-la. Je ne crois pas que vous l’offencerez."

Giles fit un signe de tête affirmatif. Derrière, Faith et Becca continuaient leur marche tout en dicutant.

Coupe sur

Ext.

Festival des Lumières de Cleveland – même moment

"Les cours n’ont pas encore commencés," mentionna Faith. "Quand j’ai appelée ils m’ont dit que je pourrais finir en Mai d’après ce que j’ai déja fais."

"Tu as appelée? Mais tu n’y avais jamais sérieusement réfléchie?" la taquina Becca.

Faith ne put s’empecher de sourire. "Okay que c’était plus que ça," admit-elle. "Je ne voulais pas en faire toute un plat."

"Eh bien, je ne peut pas dire que je suis une grande diplomée," lui dit Becca, "mais je sais quelques trucs sur la littérature au cas ou tu te déciderais à signer. Je te donnerais un coup de main si jamais tu en as besoin."

Faith pinca les lèvres et dit. "Cool, merci."

"No problem."

Faith toucha le bras de Becca pendant un moment. "Attends ici une seconde," lui dit-elle. Et elle se depêcha d’avancer, se placant sous le bras de Robin.

"Bon sang il gèle ici," plaisanta-t-elle. "Tu veux voir si on peut trouver du chocolat chaud pour réchauffer tout le monde?" dit-elle en pointant un stand.

"Sure, Babe," répondit-il. "Vous en voulez Giles?"

"Oui, merci."

"Okay," répondit Faith. "Oh et bien que vous ne m’avez pas demander mon opinion, c’est une perle," dit-elle en hochant la tête vers Becca. "Vous feriez mieux de ne pas tout gacher," averti-t-elle Giles en lui donnant une tape sur la poitrine qu’il s’empressa de frotter. Tirant Robin vers elle Faith dit, "Allons chercher ces boissons."

Giles sourit et se dirigea vers Becca.

"Que lui a tu dit?" demanda-t-il.

"C’est une conversation entre filles, privée et confidentielle. Je n’ ai pas la liberté d’en parler," répondit elle en souriant. "Ou vont-ils?"

"Chercher du chocolat," répondit Giles.

"Oui, c’est vraiment l’atmosphère de Noel ici," plaisanta-t-elle. "Je crois que j’ai même vue une femme en shorte il y a dix minutes."

Giles ricana doucement avant que Becca ne se tourne pour voir les lumières.

"Over the ground lies a mantel of white," commenca-t-elle à chanter. "A heaven of diamonds shine down through the night. Two hearts a thrillin' in spite of the chill in the weather…"

Elle s’arreta et attendit un moment, espérant que Giles continue le reste de la chanson. Quelques secondes plus tard la voix de tenor derrière elle commenca à chanter. "Love knows no season. Love knows no clime. Romance can blossom any ole time. Here, in the open, we're walkin and hopin together..."

Becca ferma les yeux et esquissa un sourire. Elle sentit Giles venir derrière elle, posant ses mains sur ses bras. "Willow avait raison. Tu as une jolie voix," le complimenta-t-elle.

"Merci," remarqua-t-il, flatté.

Il se pencha et elle se tourna pour le regarder, leurs visages se touchant presques. Giles commenca à clore la distance entre eux quand un bruit les dérangèrent, ils tournèrent la tête vers la source du son.

"Vous voilà!"

Faith se tenait là, leur tendant deux tasses. Robin regarda Giles d’une manière désolé mais l’Observateur se contenta de sourire. Les deux paires continuèrent leur chemin, se tenant la main.

Après un moment Faith s’arrêta soudainement et scanna la foule.

"Qu’est ce qui ce passe, Babe?" demanda Robin.

Notant son changement de comportement, Giles et Becca s’approchèrent aussi.

"Vampires?" demanda Giles.

"Non, je ne crois pas," répondit Faith. "Mais il y a quelque chose," ajouta-t-elle sombrement, en observant le voisinage. Elle tourna la tête et vit cinq enfants chaudement emmaillotés courir en direction de la partie boisée du parc.

"Par là," dit Faith en les suivants.

Le reste du groupe suivit, les pistant plus loin dans les bois. Ils regardèrent de loin les enfants se diriger derrière un talus. L’un d’eux perdit son chapeau et se retourna pour le ramasser. Ce fut ainsi que Faith vit le visage.

Ramassant le chapeau il se dépecha de rejoindre les autres.

"Okay, peut etre que j’ai bue trop de lait de poule mais…c’était un elfe ce que l’on vient de voir?"

"Est-ce que les elfes ne vivent pas dans les arbres en faisant des cookies," avanca Robin.

"Oh elle était nulle. Je vais oublier que tu as dit ca," dit Faith en sortant son portable. "Hey Vi. Faith. J’ai besoin de toi et de Rona au parc…Non, je ne m’ennuie pas au point de vouloir vous voir! Quelque chose ne tourne pas rond ici et j’aurais besoin de renfort …Je dirais à Giles et Becca de vous attendre devant un gros truc qui ressemble à une crèche. Vous ne pouvez pas la rater… Cool. Merci!"

Coupe sur

Int.

Restaurant de Ginoettet – Au même moment

Willow et Kennedy étaient assise à leure table, toute deux examinant le menu. Willow referma le sien et regarda Kennedy étudier le sien.

"Hmm," humma Kennedy. "Les pâtes ou le poulet? Je crois que je vais prendre les pâtes," dit-elle en refermant le menu. Elle releva les yeux pour voir une expression peinée sur le visage de Willow, et leva les sourcils, étonnée. Elle ouvrit la bouche pour demander la cause de son humeur maussade quand Willow la devanca.

"Je veux rompre."

 

Fin de l’ Acte Trois

 

Act Four

Fondue

Ext.

Parc municipal – Quelques minutes plus tard

Faith se cacha de nouveau et rejoignis Robin.

"Alors?" demanda-t-il.

"Il y a une sorte de cave en bas," dit-elle en montrant la direction avec son pouce. "La cavalerie est là," en regardant derrière lui.

Il se tourna et vit Vi et Rona s’approcher d’eux. ‘’Ou est Giles ?’’ demanda-t-il.

"Il devait emmener Becca à la fête ce soir," répondit-elle en finissant d’arriver. J’ai entendue que vous aviez un problème avec des elfes," ricana doucement Rona .

"Non, non, non – on dit des petites personnes," lui dit Vi. "Restons politiquement correcte."

"Vous avez finis vous deux?" demanda Faith, les mains sur les hanches. Vi et Rona se regardèrent et sourire en hochant la tête affirmativement. "Bien. Robin, tu reste ici," lui dit-elle.

"Tu peut avoir besoin d’aide," lui dit-il. "Tu ne sais pas combien ils sont en dessous."

"Exactement," lui dit-elle. "Et si on n’est pas revenu dans quinze minutes va chercher Ken et Giles. Tu me suis?"

Il soupira. "Alors je reste là à attendre," dit-il découragé.

"Hey," lui dit Faith. "Tu pourrais être tous ce qui reste entre sauver le monde et sa destruction complète," lui dit elle. "Ne prend pas le boulot trop à la légère."

"Soit prudente," lui dit-il.

"Hey, c’est moi," elle sourit et indiqua aux filles de la suivre.

 

Coupe sur

Int.

Restaurant de Ginoette– Au même moment

Le silence s’installa à la table jusqu’à ce que Kennedy s’éclaircisse la gorge. "Tu veux rompre?"

Willow se contenta de hocher la tête.

"Et bien si ça pose tant de problème je pourrais prendre le poulet," répliqua Kennedy.

Willow poussa un soupir tremblant. "Je suis sérieuse."

"Je l’avais remarquer, mais j’essaye la légereté pour me retenir d’exploser en publique. Ecoute je sais que les choses ont été un peu tendus ces derniers temps, Will, mais ce n’est pas une raison pour laisser tomber."

"Ce n’est pas que ces dernier temps, Kennedy. Oui, les evenements récents ont été stressant mais…c’est plus que ça."

"Laisse moi deviner," offrit Kennedy. "Après la sexcapade avec Xander, tu as encore changée de camps?"

Willow glissa ses doigts dans ses cheveux comme pour se forcer à rester calme. "Non," répondit-elle finalement en prenant une grande inspiration.

"Tu as trouver quelqu’un?" demanda alors Kennedy.

Willow secoua la tête. "Non."

"Retrouver quelqu’un peut-etre?" demanda Kennedy, croisant les bras sur sa poitrine.

Willow reprit une profonde inspiration pour ce calmer les nerfs. "Non plus," dit-elle, gardant ses réponses courtes.

"Eh bien c’est réconfortant," répondit Kennedy. "Tu préfère être totalement seule que de m’avoir dans ta vie. C’est extremement sensé, Will."

"Ca l’est," insista Willow. "Nous avons peu de choses en commun, Kennedy. Je suis assise dans un restaurant Italien et je déteste la cuisine Italienne."

"Alors c’est la raison pour laquelle tu veux rompre?"

"Ce n’est pas juste ça – c’est tout. Nous n’avons pas les mêmes goûts pour les films ou la musique. Je me lève à l’aube quand des jours ce n’est qu’à cette heure que tu rentre. On ne peut pas ce mettre d’accord sur quoi que soit. Bon sang, on ne peut même pas jouer aux echecs ensemble."

"Will, si c’est si important, j’apprendrait."

"C’est ce que je dis," lui dit Willow fermement. "Tu ne devrait pas à avoir à apprendre ou à changer ce que tu es juste pour me plaire, moi ou n’importe qui. Ils devraient t’aimer pour ce que tu es."

"Alors tu ne m’aime pas, c’est ça?"

"Si je t’aime mais…"

"Et voici le mais…" murmura Kennedy.

Coupe sur

Ext.

Entrée de la cave du parc municipal – Même moment

Vi, Faith et Rona arrivèrent devant un ensemble de pierres éboulées. "Ici," dit Faith, "Donne moi un coup de main."

A elles trois elle poussèrent un des blocs de pierre sur le dessus et une par une elles se glissèrent dans l’ouverture.

Fondue

Ext.

Parc municipal – Même Moment

Robin observait l’horizon où Faith, Rona et Vi avaient disparus et nota cinq figures extrordinairement larges s’approcher de l’endroit. Sans délai il prit son téléphone.

Coupe sur

Int.

Voiture de Giles – Quelques moment plus tard

Giles venait de démarrer sa voiture et allait sortit du parking lorsque son téléphone sonna. "Ici Giles," répondit-il. "Pas si vite Robin. Ou es-tu? Très bien appelle Kennedy. J’arrive tout de suite," dit-il en raccrochant et mettant les gaz.

Coupe sur

Int.

Restaurant de Ginoette– Au Même Moment

"Tu ne seras jamais heureuse avec moi," s’expliqua Willow. "Et tu ne seras jamais ce que je veux."

"Non, ce que tu veut est mort," cracha Kennedy.

Willow cessa de la regarder et ses doigts se mirent à jouer avec son menu.

"Bon sang," soupira Kennedy avec un regard de regret. "Je suis désolée. C’était hors de propos. Je suis en colère en ce moment, okay, et…ce n’est pas surprenant que tu me déteste."

Willow releva les yeux de nouveau. "Je ne te déteste pas, Ken. Vraiment. Je t’aime plus que tu le réalise… mais… on ne va pas ensemble. J’aimerais le contraire mais la vérité est que…il n’y a pas de connection."

"Oh ouais," la défia Kennedy. "Parcqu’on a bien connectées la nuit dernière."

"Dans la chambre? Absolument. Mais dans les autres places? Je ne crois pas qu’on le fasse," replia Willow, la voix tremblante au bord des pleurs.

Soudainement le téléphone de Kennedy se mit à vibrer sur la table.

"Tu ne répond pas?" demanda Willow.

"Non, ceci est plus important. Qui que ce soit, il peut attendre," rétorqua Kennedy.

"Mais c’est peut-etre-."

"Ca peut attendre," répéta-t-elle plus fermement, mettant un accens sur chaque mots. Willow se mouilla les lèvres nerveusement et aquiesca. Le son du portable était le seul bruit à la table , mais Kennedy reprit. "Si il n’y a pas de connection alors dis moi pourquoi je suis dingue de toi, hein?"

Willow déglutit avec peine. "Parcque je suis la première je crois."

"J’ai eue d’autres femmes, Willow. Nous en avons discutée."

"Oui, mais pas comme ça… Pas pour plus d’un semestre et pas comme une histoire secrète de lycéenne. E-Et je sais que tu ne va pas me croire mais tu trouveras une femme un jour et tu comprendras alors ce que je te dis."

"Je ne comprend pas, Will," remarque Kennedy en se frottant les tempes.

"Je dis que tu mérite plus que ça– plus que je ne pourrais jamais te donner. Et quand tu la rencontreras tu le sauras."

"Je croyais le savoir," dit Kennedy sarcastiquement. "Mais apparement j’avais tort."

Willow respira une nouvelle fois. "Ecoute, si nous restons ensemble je finirais par te blesser encore plus. Je n’ai pas envie de faire ça. Je nous veux toute les deux heureuses. Je t’aime Kennedy et je te veux encore dans ma vie et au Conseil. Mais j’ai besoin de te laisser partir avant que l’on commence à ne plus se supporter."

"A ne plus se supporter? Mais de quoi tu parle?" demanda Kennedy.

Willow lacha un autre soupir tremblant. "J’ai déjà été amoureuse, Kennedy. Et je t’aime. Mais quelque chose manque e-et peut importe combien j’essaie, ca ne marchera pas. Et un moment ou un autre, plus tu va m’en demander et plus je vais m’éloigner. Tu te sentiras plus seule. Plus en colère. Et quand tout sera finis nous ne nous parlerons probablement plus jamais… Je ne veux pas que ça arrive, alors je dois te laisser partir maintenant."

"Et si je ne veux pas être laissée," la défia Kennedy. "Je n’ai pas mon mot à dire?"

"Je vais être honnête… Je suis sortis avec toi pour des raisons égoistes. Je le sais. Je l’ai fais car j’aimais la manière dont tu me faisais sentir… au début. Je pensais que ça pouvais grandire en quelque chose d’autre mais j’ai eue tort. Alors je ne peut pas continuée à te voir, à te blesser– que ce soit à cause de ma religion ou du fait que je soit trop occupée avec le Conseil."

"Willow-."

"Ecoute moi. Tu ne veux pas n’être que la seconde, n’est-ce pas? Si tu reste avec moi je te garantie que c’est ce que tu seras. Oui, j’ai une petite amie super dans mes bras, qui est bien au lit et c’est une bonne chose mais ça seras la seule et ce n’est pas assez. Tu as besoin de quelqu’un avec qui avoir une complicité, quelqu’un que tu pourras mettre sur un piedestal. Je sais que je ne suis pas cette personne."

"Tu veux dire que tu rompt avec moi pour mon bien, même si tu n’en as pas envie?"

"Oui," affirma Willow.

"C’est la chose la plus stupide que j’ai jamais entendue," cracha Kennedy.

"Oui, c’est moi," répondit Willow, vaincue. "L’idiote totale…et même si tu ne me crois pas je sais qu’un jour, quand tu seras heureuse, tu réaliseras exactement ce que je dis."

Kennedy rit d’une manière sarcastique. "Alors rompre avec moi te rendra heureuse?"

"Pour le moment, non. Mais à la fin, oui, je le crois. Car je sais que ça te rendra heureuse aussi," répondit Willow.

"Je devrais faire attention aux personnes à qui je fais des promesses," maugréa Kennedy.

"Quoi?" demanda Willow.

Kennedy avait un sourire triste sur le visage quand elle se leva de table et fouilla dans son manteau. Elle déposa quarante dollars sur la table et mis son manteau.

"Dînne," dit-elle à Willow. "Je rentre à l’appartement commencer à déménager quelques trucs."

"Kennedy tu n’as pas à faire ça maintenant," insista Willow.

"Je crois que si," lui dit Kennedy. "Je te verrais au Conseil."

"Ken attends," plaida Willow. "S’il te plait ne t’en va pas fachée."

"Je ne suis pas fachée," lui dit Kennedy. "En fait si,un petit peu, mais, plus que tout.. je ne veux pas m’effondrer au milieu du restaurant. Alors comme j’ai dis, je te vois plus tard." Kennedy mit la main dans sa poche et en sortit un écrin à bague, le placant sur la table. "Joyeux Noel," dit-elle doucement.

"Kennedy…"

La brune ne se retourna pas. Elle continua son chemin, quittant le restaurant. Willow la regada s’en aller et seulement à ce moment pris l’écrin. Elle l’ouvrit avec soin et révela une bague en diamant. Elle pinca les lèvres, se forcant à retenir ses larmes mais se releva soudainement. Le serveur se tenait devant elle.

"Voulez vous un peu plus de temps pour vous décider?" demanda-t-il.

Willow renifla et déglutit notablement. Elle se leva et lui tendit le menu d’une manière désolée, referma la boite et la mis dans la poche de son manteau . "Désolée. Peut-etre une autre fois."

Etonné, le serveur regarda Willow quitter le restaurant.

Fondue

Ext.

Cave du Parc – Au même moment

Faith placa la lampe torche au dessus d’elle et vit une réflection metallique. Elle baissa sa lumière de haut en bas et nota une cage.

"Hey!" hurla quelqu’un, "Par ici!"

Elle dirigea la lumière dans la direction de la voix et vit un homme dans la cage en costume de Père Noel. Elle commenca à s’approcher quand soudain elle fut taclée par derrière. Elle tomba la tête la première mais roula sur elle-même dès qu’elle toucha le sol. La lumière d’une lampe se réfléchit sur une épée tombant au sol ou Faith était tombée une seconde auparavant.

Elle entendit une commotion derrière elle et tenta d’atteindre l’épée. Une paire de petites mains s’enroulèrent autour des siennes et, avant qu’elle ne réagisse, des machoires se refermèrent sur sa main.

"Ahhh," grogna-t-elle, et lanca sa main libre, l’assomant.

"Est-ce que ca va?" demanda Vi pendant qu’elle essayait de frapper le quatrième qui avait l’avait encerclée elle et Rona.

"Ce petit minable m’a mordue!"

"Il y a une lanterne sur le mur!" dit l’un des hommes à Faith.

L’épée à la main elle courut vers lui et défonca la serrure. "Où?" demanda-t-elle.

Il pointa le mur et elle leva la tête. "Allumez - la," ordona-t-elle. "Et allez vous en d’ici."

Bientôt une lumière chaude emplie la caverne. Cage par cage Faith fit sauter les serrures tandis que les Père Noel s’enfuyaient. Pendant qu’elle ouvrait la dernière cage, elle sentit un assaillant s’immisser derrière son dos. Instinctivement elle le frappa au visage. Le coup n’était pas assez puisssant car il tint bon, essayant de la mordre au cou.

"Venez mademoiselle!" Fred, le dernier Père Noel, criait d’une manière effrénée. "Sortez moi de là!"

"Hey, c’est ce que j’essaie de faire!" cria Faith, sarcastiquement.

Soudainement le poids disparus et elle se tourna pour remercier Vi et Rona. Ce qu’elle vit était une poitrine nue de démon, directement à la hauteur de ses yeux. Lentement, elle leva les yeux de plus en plus haut afin de le voir.

"Um, Merci?" dit-elle prudement.

"Pourquoi ne pas me laisser là un moment," proposa Fred du fond de sa cage, se reculant de la porte.

Elle ressera sa poigne sur sa lame, attendant le prochain mouvement du démon. Nerveusement elle l’observa tourner le dos et faire cinq grands pas vers l’elfes inconscient. Il le souleva avec aisance, le mettant sous son bras et se dirigea vers la sortie.

Faith remarqua Vi et Rona, près de l’entrée. Les deux jeunes femmes se tenaient contre le mur tandis que quatres démons similaires emportaient les elfes ailleurs.

"Okay," demanda Vi nerveusement une fois qu’ils furent hors de vue. "On leur cours après?"

"Seulement si tu parle de toi et Faith. Je ne me battrait pas contre eux. Les petits étaient déja suffisament difficile."

"Euh," dit Fred de sa cage. "Pourriez vous…euh?" demanda-t-il en désignant la serrure.

Faith secoua la tête pour se ressaisir. "Oh, ouais, bien sur."

Avec un bruit sourd, la serrure sauta et le dernier Père Noel fonca vers la sortie. Faith le suivis. "Allons-y," dit-elle dehors. "On a finis avec la chasse, il est temps d’aller s’amuser, j’ai une fête qui m’attend."

Fondue au noir

Fondue

Int.

Carverne du Presidium – Plus tard dans la nuit

"Mlle. Madison," dit Bonnie en attirant son attention. "C’est quand vous voulez."

Les yeux d’Amy virèrent au noir et elle commenca à chanter. Un portail s’ouvrit dans une energie tourbillonante. Yoel et tout ses suivants se tenaient devant, enchainés ensemble.

"Nous trouverons un moyen de revenir," dit Yoel à Bonnie qui ne semblait pas impressionnée. "Et il n’y aura rien que vous puissiez faire pour m’arreter."

Bonnie lui lanca un regard ennuyé. "Assez de déclaration toute faite," lui dit-elle avant de se retourner vers les démons qui avaient capturés les suivants. "Les garcons?" dit-elle en levant une main, se poussant de leur chemin.

Avec un grognements ils les soulevèrent tous et les poussèrent dans le vortex. Un moment plus tard il disparus, laissant la pièce aussi propre qu’avant.

"Bien," dit Bonnie faisant semblant de s’épousseter les mains. "Il reste encore du temps pour emballer les cadeaux," dit-elle, avant de sortir, au démon qui se tenait près d’elle.

Fondue

Int.

Hall du VFW– Plus tard dans la nuit

Giles, Faith et Robin regardaient Becca chanter sur scène une rétro de Darlene Love's 'All Alone on Christmas'.

"Elle est très douée, Giles," le complimenta Robin. Faith apparut au coté de Robin.

"Je vous aie dit que c’était une perle," ajouta Faith, lui donnant une petite tape sur le coté.

Giles se contentait de regarder la scène, essayant d’ignorer leur plaisanteries.

"Okay," dit Rowena en regardant sa montre. "Je crois que je peut tous vous le dire maintenant," ajouta-t-elle.

"Nous dire quoi?" demanda Giles concerné.

"Willow a rompue avec Kennedy ce soir," leur dit-elle. Giles et Robin avaient l’air surpris mais Faith haussa simplement les épaules. "Elle ne voulait pas que out le monde le sache avant Kennedy," ajouta Rowena. "Alors elle m’a demander de le mentionner pour ne pas qu’elle l’ai à expliquer encore et encore. Elle était assez boulversée quand elle me l’a annoncée."

"Alors elle ne vient pas ce soir?" demanda Giles.

Rowena secoua la tête. "J’ai essayée de la convaincre qu’elle se sentirait mieux avec ses amis autour mais je ne crois pas qu’elle le fasse."

Coupe sur

Int.

Appartement de Kennedy () – Au même moment

Kennedy posa la boite remplie de vêtements sur la chaise et alluma la radio avant de se diriger vers la cuisine. Dégoutée par la chanson, elle tenta de changer de stations. Sans trouver mieux elle essaya encore.

Elle leva les mains au ciel en soupirant, laissant la musique, comme si elle réalisait que le destin était contre elle ce soir.

Coupe sur

Int.

Appartement de Willow – Même moment

Willow alluma les lumières de l’appartement vide et se tourna pour accrocher son manteau. Elle stoppa lorsqu’elle vit que la veste de cuir de Kennedy et ses bottes avaient déjà disparus du porte-manteau.

Elle s’éffondra et, cachant son visage dans ses mains, ses larmes commencèrent à couler. Après un petit moment elle se ressaisit et s’essuya les yeux. Elle fixa la porte pendant un moment avant de quitter l’appartement rapidement.

Coupe sur

Int.

Salle de Repos des Tueuses – Au même moment

"Alors ça y est?" demanda Rona. "Juste comme ca?"

Kennedy, assise au bout du billard, se contenta d’hocher la tête affirmativement.

"Bon sang, c’est dure," lui dit Rona.

"Eh bien, tu nous a toujours," lui offra Vi de son sofa. "Je sais que ce n’est pas pareil mais… tu sais, tu nous as," répeta-t-elle nerveusement, pas vraiment sure que ces mots avaient un sens pour Kennedy.

Kennedy se leva. "Merci," dit-elle à Vi, sans la regarder dans les yeux de peur de se mettre à pleurer.

Coupe sur

Int.

VFW Hall – Plus tard dans la soirée

"Je ne l’ai peut-etre pas encore dit," commenca Andrew, "Mais c’est vraiment une très belle robe. C’est de la soie?"

"Le rouge est du satin," répondit Tracey. "Et le noir est du velour pressé."

Andrew hocha la tête, semblant vouloir en dire plus sans être sur de ce qu’il pouvait dire.

"Voudrais-tu dancer?" lachâ Andrew nerveusement. "Tu n’as pas à le faire mais tout le monde à l’air de s’amuser."

"Je dance comme si j’avais deux pieds gauches," lui dit-elle.

"Moi, je dance comme si j’avais deux pieds droits, on fait la paire, non?"

Tracey rit de bon coeur et prit une gorgée de son soda avant de le reposer.

"Viens," dit-elle en le poussant vers la piste de dance.

Coupe sur

Int.

VFW Hall – Au même moment

Giles s’apercu de la lumière changeante quand la porte s’ouvrit et se tourna de ce coté. Il vit Willow se tenir là, seule et observant la foule. Un sourire triste s’afficha sur les lèvres de Giles.

Wood et Faith étaient plus près et s’approchèrent d’elle. "Hey," commenca-t-il. "Rowena nous a appris la nouvelle."

"Oh…bien."

Faith lui lanca un regard maussade.

"Enfin, pas bien à propos de ce qu’elle avait à dire, mais bien le fait qu’elle vous l’ai dit. Je me suis demandée si elle le ferais."

"Et je l’ai fait," dit Rowena en apparaissant. "Tu tiens le coup?" ajouta-t-elle.

"Oui… à peu prêt."

"Ca ne s’est pas bien passé, n’est-ce pas?" demanda Faith.

Willow hocha la tête. "Mais je crois que c’est pour le mieux. Je pense qu’elle le comprendra… eventuellement… j’éspère."

Willow se tourna et vit Giles. Son sourire mélancolique était toujours en place. Il ne dit pas un seul mot. Il se contenta de l’attirer dans ses bras en l’étreignant. Willow poussa un long soupire et retint ses larmes. Après un instant Giles s’écarta légerement et lui donna un baiser sur le front. Il fit un pas en arrière et lui donna un sourire de support.

"Si tu a besoin de nous, nous sommes là pour toi – pour vous deux, actuellement. Tu le sais, non ?"

"Absolument," lui dit Willow en secouant fermement la tête. "E-Et merci, Giles," ajouta-t-elle sincerement.

Becca s’adressa de la scène à son audience. "Nous allons faire dix minutes de pause mais Roger et ses musiciens vont nous remplacer. Alors encouragez les tout le monde."

La foule siffla et applaudit les autres musiciens pendant qu’elle se dirigeait vers Giles et le groupe.

"Hey, je suis contente que tu aie put venir," dit-elle en posant sa main sur l’épaule de Willow.

"Je voulais voir comment c’était."

Becca fit une pause un moment pour regarder les yeux rougis de willow. "Si tu a besoin de quoi que ce soit dis le moi, okay?" offrit-elle.

Willow lui dit merci et Becca l’attira à elle d’une main tout en tirant le bras de Giles avec l’autre. "Allons prendre un verre. Qu’est-ce que vous en dites?"

Coupe sur

Int.

Salle de Repos des Tueuses – Au même moment

"On pourraient jouer au billard?" proposa Vi.

"Ou aux cartes?" ajouta Rona.

Les deux femmes se montraient très enthousiastes, espérant que leur humeure serait contagieuse.

"Nan, je suis pas vraiment d’humeur," dit Kennedy en enlevant sa veste.

"J’ai une idée," proposa Vi en se redressant. "Allons faire un tour du coté des magasins. Je suis sure qu’il y a un vampire ou deux cherchant un repas ambulant. On te laisseras même faire tout le boulot ce soir."

Kennedy considéra la proposition un instant puis remis son manteau, lancant un sourire à Vi. "Ca c’est une idée."

Coupe sur

Int.

VFW Hall – Au même moment

"Tu sais de quoi tu a besoin?" dit Rowena en frappant le comptoir.

"De quoi?" demanda Willow de manière désinteressée.

"Un jeux pour boire," affirma-t-elle fermement en se penchant vers le barman. "Deux wisky," lui dit-elle.

"Désolé mais je n’ai pas de monnaie pour jouer avec des pièces," lui dit Willow.

"Pas les pièces. Le jeux de l’alphabet," expliqua-t-elle. "Commence par le A et nomme un truc en rapport avec la magie. La personne suivante prend la lettre suivante, etc…." Rowena avala d’une traite le verre que le barman lui avait tendue et en commanda un second.

"Vous ne conduisez pas, hein?" demanda-t-il.

"Non," lui dit-elle. "Alors remplissez."

Willow sourit pour la première fois depuis qu’elle était arrivée, et le barman reservit Rowena.

"Alors, il y a d’autre règles?" demanda-t-elle.

"Quelles règles?" demanda Rowena.

"Au jeux?" prompta Willow.

"Oh ouais, il y en a," se rappela Rowena. "Tu sais, afin d’épicer un peu les choses, tu devrais boire tes deux verres maintenant. J’ai déjà une longueur d’avance sur toi," elle se mit à rire.

Malgré sa mélancolie Willow ne put s’empecher de rire aussi. Elle secoua la tête et dit, "Pourquoi pas?" et elle but cul-sec.

Dès qu’elle l’avala, Willow se prit la gorge et commenca à tousser. Ce fut tout ce dont Rowena avait besoin pour éclater de rire.

"Qu’est ce que c’est? Du gasoil?" demanda Willow quand elle reprit enfin son souffle. Rowena n’avait toujours pas finis de rire et Willow se retrouva elle-même en train de ricaner.

Cut to

Int.

VFW Hall – Au même moment

Becca se préparait à remonter sur scène. Elle se tenait devant un ampli, l’examinant quand Giles s’approcha.

"Hey," dit-elle en souriant, lui accordant toute son attention.

Giles pris ses mains dans les siennes. "L’offre qu-que tu a faîte à Willow était très généreuse. Merci."

Ell rougit du compliment et baissa la tête, légerement embarrassée. Giles lâcha une de ses mains et lui releva le menton pour qu’elle puisse le regarder.

"Et je te trouve vraiment extraordinaire," ajouta-t-il, sincerement .

Lentement il réduisit la distance entre eux, et leurs lèvres se rencontrèrent enfin.

 

Fondue au Noir

Pour voir la VIDEO 

CLICK HERE

6.65 MB Zip File (Quicktime) |  756kb Zip File (Windows Media)

Fin de Blue Christmas